28 Août 2020

AMAR Fabien
Triple champion du monde de boules
« Aujourd’hui, je suis l’entraîneur national des U15 aux U23 » 🇫🇷
#4

AMAR Fabien est un triple champion du monde de boules. Il est actuellement l’entraîneur national pour la catégorie jeune, des U15 aux U23. Depuis toujours, il a grandi dans ce sport à travers la passion de son père pour le jeu de boules.

« J’ai commencé les boules, il y a bientôt 30 ans aux alentours de mes 10 ans. A l’âge de 20 ans, j’ai débuté le haut-niveau et cela fait maintenant 3 années que j’ai cette fonction d’entraîneur national. Je pratique toujours ce sport dans mon club, mais je ne suis plus répertorié sur les listes ministérielles en tant que sportif de haut-niveau ». 


À vos débuts, est-ce que vous vouliez déjà devenir « professionnel » ou c’était à l’origine juste un loisir ?

« Au début, c’était pour suivre mon père et après, j’ai de plus en plus pris sa passion. C’est à l’âge de 20 ans que je suis venu dans la région lyonnaise pour jouer dans le club de la CRO Lyon, qui est l’un des clubs les plus prestigieux de France. »

Quel est votre poste au sein d’une équipe de boulistes ? Et en quoi consiste t-il ?

« J’ai été champion du monde dans les épreuves de tir sportif. Ce sont des épreuves de tir progressif et de tir en relais, qui durent 5 minutes et dans laquelle il faut taper le plus de boule possible. Au début, j’étais coureur et tireur, mais avec l’âge, je suis principalement passé pointeur. »

Quel est votre rôle dans l’équipe de France ?

« Je suis entraîneur, sélectionneur et manager. Mon rôle est d’amener les jeunes sur des compétitions internationales. Cela signifie, faire des équipes pour les compétitions internationales sur laquelle la France est qualifiée ou invitée. En gros, je sélectionne les jeunes, je les prépare et je les accompagne sur ces compétitions. »

 

 

En quoi consiste votre discipline ?

« C’est une discipline d’adresse, avant tout, et à la différence de la pétanque, nous on a un cadre bien spécifique. Le terrain mesure 27 mètres de long et entre 2,50 mètres et 4 mètres de large. La largeur peut varier, mais la longueur reste la même. Il y a d’autres différences comme : les boules que nous utilisons qui sont bien plus grosses que celle utilisée en pétanque, on joue plus loin et pour tirer on a une course d’élan de 7,50 mètres. Cette course d’élan pour jeter la boule demande une coordination entre les bras et les jambes, c’est une gestuelle très spécifique.

Le principe du jeu traditionnel reste le même, deux équipes qui sont adversaires et le but est de tirer au plus près du cochonnet ou du bouchon. Une fois que les équipes ont joué toutes leurs boules, on compte les points. Le principe reste le même sauf que l’on ne joue pas de la même manière.

Aujourd’hui, il n’y a aucun joueur professionnel. Cependant, il y a des amateurs qui peuvent avoir des avantages mais personne ne peut vivre de ce sport, cela reste une activité purement amateur. »

En quoi consiste un entraînement de bouliste ?

« Cela demande un entretien physique, une à deux fois par semaine faire du vélo d’appartement ainsi que des séances de footing. Les parties peuvent durer 2 h 00 voire 2 h 30, il faut pouvoir les enchaîner. Dans une même journée, il est possible de faire 4 à 5 parties. »

Votre entraînement pendant le confinement ?

« Pendant le confinement, il y a eu zéro activité avec les boules car les structures étaient fermées. Il a fallu conserver la forme physique et éviter de prendre des kilos. Dès que les structures extérieures ont ré-ouvertes, on a pu rejouer. Il y a eu environ 3 à 4 mois cette possibilité. »

Pouvez-vous nous donner plus d’informations concernant la FFSB ?

« Je suis salarié de la Fédération Française de Boules. C’est une fédération qui compte plus de 45 000 licenciés. Dans la France, il y a à peu près 2 000 clubs. La fédération s’occupe uniquement de la boule Lyonnaise. Tout au long de l’année, les adhérents s’entraînent en club tout comme les jeunes dont je m’occupe, dans le “collectif France”. J’interviens que lors de la préparation à une compétition internationale.

Dans l’encadrement de ces jeunes, il y a moi en tant qu’entraineur ainsi que mon assistant BELAY Sébastien. Durant les déplacements pour les compétitions, il y a un STAFF médical constitué d’un kinésithérapeute et d’un médecin. Les compétitions internationales peuvent durer une semaine et les déplacements peuvent être conséquents, par exemple le dernier championnat du Monde a eu lieu en Chine »

Quelles sont les catégories que vous entraînez ?

« Les catégories que j’entraine sont des U15 aux U23. Les plus jeunes peuvent avoir 13 ans. Pour la catégorie U15 : les jeunes ont environ 13 à 15 ans. Pour les U18 les âges sont compris entre 15 à 18 ans et pour les U23 de 18 à 23 ans. Au niveau de l’effectif j’en suis une quinzaine par catégorie. »

Quelles sont vos ambitions pour cette nouvelle année ?

« On sait qu’en 2020 l’activité internationale a été stoppée. La fédération internationale a décidé de ne pas faire de compétition en 2020. On va donc préparer la saison 2021 en espérant que celle-ci se passera normalement. »


Vous avez récemment fait un stage en altitude à Saint-François-Longchamp et ses alentours. Ce stage d’oxygénation était pour les U14 aux U18, soit 9 jeunes. Ce stage a duré 4 jours.

 

Quels ont été les objectifs de votre stage ?

« C’était pour revoir les jeunes que nous n’avions pas vu depuis le dernier stage en février. On a travaillé pendant ces quatre jours au boulodrome de la Chambre pour préparer 2021. De façon à ne pas rester 1 an sans se voir et sans pratiquer. »

Quel était votre rôle dans ce séjour ?

« J’étais entraîneur et organisateur donc je m’occupais du groupe et du stage de manière générale. J’ai organisé les séances de jeux ainsi que la structuration des journées…  »

Quel a été le planning du stage ?

« Un réveil assez tôt le matin avec un réveil musculaire vers 7 h 00 jusqu’à environ 8 h 00. Après, c’était douche et petit déjeuner jusqu’à 9 h 00. De 9 h 00 à 12 h 00, c’était soit une longue randonnée soit un entraînement au boulodrome. À midi, on mangeait, après, on se reposait jusqu’à l’entraînement de la fin d’après-midi entre 16 h 00 et 18 h 00. En fin de journée, on avait des séances de balnéothérapie de 18 h 00  à 19 h 30. »

Votre lieu d’entraînement ?

« Nous avons fait 3 entraînements au Boulodrome de la Chambre, c’est un boulodrome très opérationnel. »

Quel endroit avez-vous visité lors de votre séjour ?

« Nous sommes montés à pied au col de la Madeleine. Sinon, on a fait des randonnées à partir de Saint-François-Longchamp. »

Aimeriez-vous refaire pour un stage en montagne ?

« On adore ce genre de stage et c’est vrai que les jeunes adorent aussi. Être à la montagne pendant 4 jours et en plus avoir la chance de bénéficier d’un beau temps, c’est vraiment top. »


L’interview rapide

 

♦ Magasine préféré : Sport-Boules Magasine

♦ Style de Musique préférée : Variété Française

♦ Notion : Le respect, respect de soi-même, de l’adversaire, du terrain, du matériel, des gens qui nous accueillent…  Le respect en général.

♦ Hobbies : Le Golf et les Boules

 


Que pouvons-nous vous souhaiter à titre personnel pour la saison sportive 2021 ?

 

« Que cette saison puisse reprendre dans de bonnes conditions, en espérant que le COVID-19 ne laisse pas trop de traces. Il est évident que je souhaite recommencer à pratiquer ce sport dans de des conditions dites « normales », parce qu’aujourd’hui c’est difficile… »

 

Au niveau de vos jeunes :

 

« Qu’ils puissent pratiquer leur sport comme ils aiment le pratiquer. Qu’ils prennent du plaisir et qu’on puisse les retrouver en stage ou sur différentes préparations. Sans oublier, de passer de bons moments tous ensemble pendant les compétitions. »

 

THEVENOT-TERREIRO Romane

Inscription à la newsletter

Les dernières actualités

Les activités à sensation forte du Pays de Savoie 🪂

Les activités à sensation forte du Pays de Savoie 🪂

Il y en pour tous les goûts des activités en groupe aux activités individuelles...  La Savoie est un département où la géographie se prête à tous les sports. Familles, entreprises, sportifs de haut-niveau et d’autre encore peuvent expérimenter les sensations fortes....

Récemment devenu cycliste professionnel 🏅

Récemment devenu cycliste professionnel 🏅

DELACROIX Théo est un jeune coureur du cyclisme français devenu récemment professionnel au sein de l'équipe belge Wanty Gobert. "En 2019, j'ai été Champion de France Espoir en cyclisme sur route. J'ai vraiment commencé le cyclisme sur route il y a 6 ans et j'évolue en...

Je suis venu à La Toussuire pour préparer de futurs stages 🎯

Je suis venu à La Toussuire pour préparer de futurs stages 🎯

LACASSE Florent est un ancien athlète de haut-niveau spécialisé dans le demi-fond et plus particulièrement à travers la discipline sportive du 800 mètres. Depuis, il s'est reconverti en tant que Préparateur Physique. "J'ai fait les championnats du monde à Paris sur...

Localisation
Prêt pour votre séjour ?
Réservez en ligne sur notre plateforme sécurisée

Obtenez votre séjour de rêve en quelques clics